Le sourire contagieux des croissants au beurre / Camille Andrea

J’ai passé un excellent moment avec ce roman de développement personnel parsemé de philosophie. J’ai été prise dans l’histoire de cet entrepreneur français aux Etats-Unis, impossible de lâcher le livre ! Camille Andrea malmène son personnage avec beaucoup d’humour. J’ai souri, bref un très bon roman feel-good !

Le personnage principal est Pierre Boulanger, 44 ans, boulanger qui a développé le concept du croissant qui sourit aux Etats-Unis et fait fortune. Il est ami avec Madonna et Bono. Il a une belle et brillante épouse qui est avocate. Son fils est encore à la crèche. Malgré tout cela il carbure aux anxiolytiques. C’est un marchand ambulant qui un jour va le pousser à se remettre en question. Il lui propose un gobelet de café en échange d’un million de dollars.

« Je suis juste l’homme qui t’offre le café qui va changer ta vie. »

Cette rencontre improbable mènera les deux hommes vers des discussions très intéressantes.

Concernant l’autrice, l’éditeur reste bien mystérieux :
« Derrière le pseudonyme Camille Andrea se cache une personnalité de la littérature française bien connue du grand public mais dont nous ignorons tous l’identité, de ses lecteurs à ses éditeurs. Une chose est sûre ; quel que soit le véritable nom de Camille Andrea, son roman, déjà en cours de traduction en Allemagne et en Italie, est aussi irrésistible qu’un croissant au beurre tout juste sorti du four. »

L’une des choses à retenir de ce roman, c’est qu’un sourire est contagieux, alors souriez !

Merci Netgalley et Plon pour cette lecture

Note : 4.5 sur 5.

« Avant de te dire que quelque chose n’est pas possible, continue-t-il, demande-toi ce qui l’est. Ne pense pas d’abord aux obstacles. S’il y a un éléphant sur la route, sors de la route et contourne-le. Ou grimpe-lui dessus. Ne reste pas des heures à attendre qu’il bouge. Agis ! Imagine ta vie comme un grand appartement dans lequel tu viens à peine d’emménager, rempli de cartons. Chaque carton symbolise un problème, un obstacle. Tu peux t’asseoir sur une chaise et pleurer, mais cela ne rangera pas les cartons, ou tu peux retrousser tes manches et affronter chaque carton un par un afin de dégager ta vie. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :