Je m’appelle Humain / Ramadan Bozhlani et Barra Malvina

Ce recueil est un projet fort de deux artistes autour du thème de l’immigration, abordant la peur et la souffrance des migrants. Il a fait l’objet d’une exposition à Lyon.

Ramadan Bozhlani se définit comme un « poète sans papier ». L’écriture est ce qui lui permet de se sentir vivant.

Apparemment chaque poème a été traduit par une autre personne. J’aurais aimé en savoir un peu plus sur cette traduction ; pourquoi autant de traducteurs, de quelle(s) langue(s) ?

J’ai beaucoup aimé les illustrations à l’encre de chine de Barra Malvina. Le livre en lui-même est un très bel objet.

Pourquoi un texte touche plus un lecteur qu’un autre, je ne sais pas, c’est subtil, cela touche au vécu et à la sensibilité de chacun·e.

Certains poèmes m’ont touchée d’autres moins. Je salue cette belle collaboration qui appelle à la tolérance. Un message d’espoir lancé par des artistes engagés. Bravo. Merci à Babelio et L’Esprit du temps pour l’envoi de ce recueil.

Je m’appelle Humain 

Mon être enroulé
Avec la peau de toutes les
Couleurs humaines
Je ressens la douleur
Des blessés.
Mes paroles expriment
L’anxiété dans toutes
Les langues du monde
Quand j’entends
La clameur de l’esprit humain.
Les larmes de chaque enfant
Coulent de mes yeux
Et face à la souffrance des femmes
Je me sens
Leur frère.
La faim de tous
M’affaiblit
Et la mort de chaque homme
Réduit ma respiration 

Note : 3 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :