Suzuran / Aki Shimazaki

Partons au Japon et suivons Anzu, une femme de 35 ans, divorcée, élevant son fils et passionnée de poterie. Anzu est douce, discrète, bienveillante et dévouée. Tout le contraire de sa sœur aînée, Kyôko, qui fait tourner la tête de tous les hommes. Ambitieuse, elle pense d’abord à son plaisir. C’est ainsi que Kyôko va voler le premier amour d’Anzu au lycée. Plus tard, Anzu va découvrir les manipulations et mensonges de Kyôko. Elle lui pardonnera toujours et lui trouvera des excuses. Elle la remerciera même intérieurement de l’avoir détournée d’un homme qui n’était pas fait pour elle. De toute façon, comme le dit très bien sa sœur, Anzu est mariée à sa passion, la poterie. Jusqu’au jour où Kyôko leur présente son fiancé, Yûji. Elle revient de Tokyo pour la « golden-week ». Anzu les héberge et se trouble à la présence de Yûji. Je vous laisse découvrir la suite de cette histoire ; Anzu va-t-elle oser avouer ses sentiments ? va-t-elle vouloir se venger de sa sœur ? En tout cas, la fin est très surprenante !

Le roman est parsemé de mots japonais. Ne vous inquiétez pas il y a un petit lexique à la fin. Le mot qui revient le plus souvent est « kamataki » : « processus de cuisson de la poterie dans un four à bois ». Et « suzuran » qui signifie « muguet » et qui est également le titre du roman. L’origine des prénoms des personnages est expliquée et leur idéogramme est reproduit.

Il est courant au Japon d’organiser des rencontres pour arranger des mariages. D’ailleurs lors d’une réunion d’anciens élèves, Anzu apprend qu’un quart de ses camarades sont divorcés.

Aki Shimazaki est une autrice québécoise d’origine japonaise. Un roman délicat, sensible, tout en douceur, formé de phrases courtes. J’ai beaucoup aimé les moments de création, lorsque Anzu réalise des pièces en céramique.

La poésie est très présente, notamment avec la récurrence d’un poème :

« Tu m’appelles sans voix
Comme une clochette sans battant
J’entends tout, Suzuran !
Je t’aime depuis toujours
Depuis avant ma naissance. »

Un moment de grâce ! Ah que ça fait du bien !

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :