Comme des frères / Claudine Desmarteau

Raphaël 22 ans raconte son enfance puis son adolescence couleur grise/pluie/tristesse.

Tout commence au collège, quand avec sa bande de copains ils se moquent de Quentin/« Queue de rat » à cause de sa coiffure, une petite mèche de cheveux à la base arrière du crâne qui ressemble à une queue de rat.

Les moqueries et le harcèlement s’amplifient. Heureusement Iris, sa sœur jumelle, le défend.

La bande de Raphaël, c’est Kevin (dur, violent, « brute de service », meneur), Ryan (Raphaël se méfie de lui depuis qu’il lui a piqué ses baskets), Idriss (le plus discret), Thomas, Lucas (mou et feignant), Saïd (maigre et vif, drôle). Ils sont comme des frères. Quentin va progressivement intégrer la bande sous le regard haineux de Ryan et devenir ami avec Raphaël.

Dès le début on sait que quelque chose va mal tourner. Il nous parle d’une journée maudite quand il avait 16 ans. On avance dans le récit de Raphaël, avec ses remords, sa culpabilité, ses doutes, ses angoisses, ses hormones. Le tout dans un langage jeune, avec des mots crus, violents, des gros mots. La tension tient jusqu’au bout du roman.

Le roman aborde aussi le thème des réseaux sociaux. Ils se lancent des défis, zonent, s’ennuient, traînent, n’ont pas d’endroit où squatter.

Quant à la mère de Raphaël, elle n’aime pas ses copains. Elle a perdu un bébé à 4-5 mois de grossesse. Cet événement a marqué toute la famille par le deuil et la tristesse. Raphaël aurait bien aimé avoir un frère ou une sœur. Il n’arrive pas à parler avec son père.

Raphaël a des difficultés scolaires. Ses relations avec ses professeurs sont tendues. Il ne fait aucun effort. Comme tous les jeunes, il veut impressionner les autres, quitte à mentir.

Les vacances en Bretagne chez grands-parents seront une vraie parenthèse dans la vie tourmentée de cet adolescent, avant de retrouver sa bande de copains et ses plans foireux.

En parallèle, il suit des cours de guitare depuis ses 11 ans avec Eric. Un jeune professeur qui va l’influencer positivement.

Claudine Desmarteau écrit habituellement pour la jeunesse, c’est son premier roman pour adultes. Un roman très intéressant, dont j’ai beaucoup aimé l’écriture directe.

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :