La cuillère / Dany Héricourt

Seren, jeune femme de 18 ans, est le personnage principal de ce roman.  Son père vient de mourir et elle découvre une cuillère posée sur la table de chevet. Une cuillère qu’elle n’a jamais vue et qui l’intrigue. Elle va quitter l’hôtel familial au Pays de Galle pour se rendre en France sur les traces de cette cuillère.

Sa famille est décrite comme spéciale, plutôt décalée mais toutefois attachante. Sa mère est très amoureuse de son père, ils ont une différence d’âge. Elle a deux demi-frères dont un qui semble avoir un handicap mental. Ses grands-parents maternels, Nanou et Pompom, vivent également avec eux et participent à la tenue de l’établissement hôtelier.

Ils ont des clients LTC ou « Long Temps Clients » qui viennent chaque année Ils veulent rendre hommage au père en organisant une cérémonie funéraire et en faisant graver une plaque à son nom sur un banc surplombant la falaise à 500 mètres de l’hôtel.

Depuis la mort du père, la grand-mère est bouleversée et ne parle plus qu’en gallois. Difficile de la comprendre.

Seren ne sais pas quoi faire de sa vie. La seule chose qu’elle sait faire c’est dessiner mais elle n’a pas une très haute opinion de ses créations. Elle s’inscrit dans une école d’art pour la rentrée. En attendant, c’est l’été et nous la suivons à bord de la vieille Volvo héritée de son père sur les chemins de Bourgogne. Elle va faire des rencontres, aller de château en château pour retrouver les armoiries dessinées sur la cuillère et dessiner encore et encore cette cuillère.

Les chapitres alternent avec des extraits d’un livre, « Mémoires de collectionneur », du colonel Montgomery Philipps.

Un road-trip loufoque, où Seren va affronter ses peurs, grandir, trouver l’amour et le passé incroyable de cette cuillère !

Un premier roman plein de poésie et d’humour avec une écriture singulière.

Sa famille est décrite comme spéciale, plutôt décalée mais toutefois attachante. Sa mère est très amoureuse de son père, ils ont une différence d’âge. Elle a deux demi-frères dont un qui semble avoir un handicap mental. Ses grands-parents maternels, Nanou et Pompom, vivent également avec eux et participent à la tenue de l’établissement hôtelier.

Ils ont des clients LTC ou « Long Temps Clients » qui viennent chaque année Ils veulent rendre hommage au père en organisant une cérémonie funéraire et en faisant graver une plaque à son nom sur un banc surplombant la falaise à 500 mètres de l’hôtel.

Depuis la mort du père, la grand-mère est bouleversée et ne parle plus qu’en gallois. Difficile de la comprendre.

Seren ne sais pas quoi faire de sa vie. La seule chose qu’elle sait faire c’est dessiner mais elle n’a pas une très haute opinion de ses créations. Elle s’inscrit dans une école d’art pour la rentrée. En attendant, c’est l’été et nous la suivons à bord de la vieille Volvo héritée de son père sur les chemins de Bourgogne. Elle va faire des rencontres, aller de château en château pour retrouver les armoiries dessinées sur la cuillère et dessiner encore et encore cette cuillère.

Les chapitres alternent avec des extraits d’un livre, « Mémoires de collectionneur », du colonel Montgomery Philipps.

Un road-trip loufoque, où Seren va affronter ses peurs, grandir, trouver l’amour et le passé incroyable de cette cuillère !

Un premier roman plein de poésie et d’humour avec une écriture singulière.

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :