Elle a menti pour les ailes / Francesca Serra

Les première pages (descriptions) ont eu un peu de mal à attirer mon attention et puis rapidement je me suis laissée prendre par ce roman. J’ai voulu savoir ce qu’il adviendrait de cette adolescente, Garance, en seconde, se mêlant à un cercle d’élèves de terminal. La présence des réseaux sociaux est omniprésente. Elle régit la vie de ces jeunes nés avec Internet. Garance est prête à tout pour attirer l’attention de Vincent. Au bout de 100 pages, on sait déjà que Garance va disparaître mais le reste est à découvrir dans les 370 pages suivantes qui se dévorent à toute allure.

Garance vit seule avec sa mère, professeure de danse. Elles se voient et échangent peu. Elle vit de façon plutôt fusionnelle avec sa meilleure amie, Souad, jusqu’à son invitation assez inattendue à la fête de Maud, « the place to be », avec les élèves de terminal. Elle est également sélectionnée pour participer à un concours de mannequinat.

Sa vie est donc rythmée par la dance, le lycée et ses conversations avec Souad, jusqu’à cette soirée où tout va basculer et où elle avouera avoir fait des mauvais choix.

L’auteure insère des échanges de messages via les réseaux sociaux entre les jeunes avec l’écriture SMS que l’on connaît. J’ai trouvé que cela apportait un plus au roman.

J’ai aimé la plongée dans la psychologie de ces adolescents en proie au doute, toujours à la recherche de reconnaissance de leurs pairs. Le passage de l’adolescence à l’âge adulte est très bien évoqué. On sent la rupture avec l’enfance et malgré tout la jeunesse de Garance synonyme d’inexpérience et d’immaturité. Elle a encore un peu de chemin à parcourir avant le monde des adultes.

Au fur et à mesure de l’avancée dans le roman, le lecteur obtient des indices pour comprendre l’histoire réelle de ce qui est arrivé à Garance. On patauge, comme les policiers qui la recherche, mais on vibre à chaque nouvel élément ou vérité qui émerge. Aucun de ces adolescents ne détient toute la vérité dans cette affaire.

La fin comporte quelques longueurs, j’aurais voulu que le « calvaire » de Garance prenne fin plus rapidement, le dénouement se faisant trop attendre à mon goût.

J’ai trouvé ce roman très intéressant par son sujet. Il traite du cyberharcèlement chez les jeunes. J’ai été agréablement surprise par ce premier roman. Quelle maîtrise déjà dans l’écriture !

Je vous recommande sa lecture 😀

#Explolecteur #RL2020

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :